Nous étudierons la BATUCADA rythmes samba du brésil, la COMPARSA, rythmes Afro-Cubain avec leurs percussions adaptées.

Dans un contexte où tout est fait pour que chacun se recroqueville dans sa bulle après le stress d’une journée de boulot,  je propose une occasion unique d’apprendre à se connaître et d’être solidaire, de joindre l’utile à l’agréable pour décompresser avec des rythmes et des chants parfumés dans la joie et la bonne humeur.

Objectif : découvrir le monde de la percussion et approfondir ses connaissances des rythmes Afro-Latino, et improviser seul ou en groupe, participer à cet atelier vous permettra d’acquérir une coordination et une indépendance.

E.V.T : Equilibre, vitesse et trajectoire. Très important pour la dissociation des gestes !!!

 

 

                                             Les instruments Brésiliens

 

La famille des Surdos est composé de : Surdo de marcation (grave), Surdo cortador (medium), Surdo contra (aigu).

Le Tamborim : un instrument "clé" de la batucada, le tambour le plus petit, le plus aigu et le plus sec. Mais ne vous y trompez pas, c'est aussi un des plus sonores.

Le Répinique : tambour médium, généralement joué par le chef de la batucada. C'est traditionnellement celui qui fait les figures de démarrage, d'arrêt, dialogue avec l'ensemble de l'orchestre à l'unisson, lors des breaks, et exécute des solos improvisés.

Le Chocalho : est une sorte de "bâton" à cymbalettes dont le nombre peut dépasser la centaine ! Le manche peut être en bois, central, ou alors être constitué d'un cadre rectangulaire en acier.

La Caixa : caisse Claire brésilienne, se distingue de la caisse claire européenne parce qu'elle est souvent de diamètre plus petit.

L'Agogo : est un instrument d'origine africaine (appelé "gankogui", de l'ethnie Ewé, Ghana). L'agogo se présente sous la forme d'une cloche de forme conique, ou en cône tronqué, en acier chromé ou peint. Généralement par deux, voire 3 ou 4, reliées entre elles par une tige en acier. L'Agogo est un des rares instruments mélodiques de la batucada, avec des notes précises. Le joueur d'Agogo se sert d'une baguette pour frapper les cloches, mais peut aussi se servir de l'entrechoquement des cloches entre elles, en exerçant une pression de la main porteuse, pour remplir les silences ("bâton mêlé").

L'Apito : est un sifflet dont les flancs présentent deux ouvertures. Cela permet en les bouchant avec le pouce et l'index, d'obtenir une deuxième note, plus aiguë. Il peut être en bois, en cuivre, en plastique et même en argent ou doré à l'or fin.

Le Ganza : "shaker", cylindre d'aluminium ou acier, rempli de billes ou sable, simple ou double (relié par deux barres pour faire plus de bruit).

La Frigideira : La poêle à frire est un des meilleurs exemples de récupération d'objets usuels et "détournement" brésilien. On préférera une poêle de petite taille (environ 12cm de diamètre, poêle à blinis ou "pan cake") sans fond épais, moins lourde, et en acier inox massif sans revêtement, pour la résonance et la solidité. Elle est généralement frappée par une baguette en acier mais on peut aussi utiliser une baguette en bois (moins sonore). La technique de jeu ressemble à celle du Tamborim et du triangle réunis et consiste à faire deux frappes en aller, sur le fond, et une en retour, contre le rebord, en faisant pivoter la poêle avec le manche.

 

 

                                                Les instruments Cubains

 

 La Conga : la conga est d'origine africaine (bantoue). C'est un tambour à une seule membrane et qui se décline en différentes tailles, si bien que l'on en joue de plusieurs à la fois. Elle s'est répandue dans toute la musique latine. Le quinto désigne le tambour au timbre le plus aigu, jouant le solo. La conga ou le secundo est le tambour moyen appelé aussi "très dos", dans le cycle de rumba guaguanco et le rebajador dans la Comparsa. La Tumba ou Salidor est le tambour au son le plus grave.

Le Güiro : instrument de musique de percussion idiophone constitué d'un racloir. Cet instrument très répandu dans les musiques afro-caribéennes est peut-être originaire de la culture bantoue du Congo mais certains historiens ont noté la présence d'instruments similaires dans la musique amérindienne des peuples autochtones des Caraïbes avant leur disparition ainsi qu'en Équateur, chez les Quechuas et les Mestizos.

Le Chekeré : instrument de percussion idiophone de l'Afrique de l'Ouest, de Cuba et du Brésil (voir aussi afoxê). Il est fabriqué à partir d'une variété de courge, la calebasse, séchée et travaillée, sur laquelle est posée une maille comportant des graines de dattes ou de perles (à la différence des maracas pour lesquelles les graines sont à l'intérieur). Il peut être secoué, frappé sur la main, utilisé en rotation, lancé et récupéré en rythme... Il se situe entre les maracas et le Güiro.

Le Cencerro ou Campana : est une petite cloche utilisée comme instrument de percussion dans la musique cubaine. Elle trouve son origine dans les cloches portées par les troupeaux.

Jeu : elle est normalement jouée par le Bongosero, joueur de bongo.
Dans le son cubain, elle accentue traditionnellement la pulse lors du chœur et du montuno.Le Cencerro est une cloche plus grande, et plus grave que les cloches de charanga, cha-cha-cha ou que les cloches Agogos utilisées...